Une manifestation originale à laquelle j’aurais volontiers participé

En tant qu’usager de la route au quotidien, en qualité de cycliste, je suis particulièrement sensible à cette manifestation à laquelle j’aurais volontiers participé.
Et si localement, nous organisions un événement semblable ?

Des centaines de cyclistes ont posé pied à terre sur la place de la Bastille pour demander une route plus sûre. Photo Twitter/Yoann Offredo.
Lire l’article du 17 juin dans “Le Journal de Saône-et-Loire”

Prêt de matériel pédagogique par Bourgogne Énergies Renouvelables

Pour la présentation du vélo solaire à des classes, je souhaitais proposer aux élèves de construire des maquettes avec circuits électriques alimentés à l’énergie solaire. C’est l’association Bourgogne Énergies Renouvelables qui m’a prêté du matériel : la responsable pédagogique m’a présenté la richesse de leur fonds de ressources pour la sensibilisation et l’expérimentation scientifique liées aux énergies nouvelles. Merci à B.E.R. !


Prêt de matériel pédagogique par Bourgogne… par stephane-suntrip2017

Exposition des défis scientifiques scolaires et périscolaires de Dijon

Le vélo solaire était invité à l’exposition des défis scientifiques conduits par des classes et des centres périscolaires qui s’est tenue à la grande Orangerie du Jardin des Sciences, ce mercredi 7 juin.
Le vélo a été l’objet de nombreux questionnements de la part des enfants et ceux-ci comprenaient bien les raisons de l’association de panneaux solaires et d’un vélo électrique, la circulation de l’énergie dans le véhicule, la nature hybride de sa propulsion. En revanche, la batterie de stockage n’apparaissait pas une nécessité pour chacun; une phase de tests expérimentaux aurait pu permettre de mettre en évidence le rôle crucial du stockage temporaire de l’énergie solaire, par nature si fluctuante.
Merci au service Éducation de la Ville de Dijon pour cette invitation !

Escapade en Bourgogne du sud

Hier, j’ai roulé en Saône-et-Loire entre Châlon-sur-Saône et Cluny. Soleil au top et grosse chaleur ! Les conditions étaient réunies pour qu’un vélo solaire soit à son aise. Et ce fut le cas, car avec une batterie usagée dont l’autonomie est de 15km, j’ai pu faire un tour de 130 km sans souci, le soleil la rechargeant tout au long de la route !
Quels paysages magnifiques dans ce sud Bourgogne !

Pause à l’étang de Pierre au Grain, entre Cluny et Saint-Bonnet-de-Joux

Présentation du vélo chez Pignons-sur-Rue

Le magasin de cycles Pignons-sur-Rue a été mon premier partenaire. Je remercie Julien Fernandez d’avoir cru en mon projet dès la première heure et de m’avoir conseillé avec beaucoup d’attention et de professionnalisme. Il est le fournisseur de mon vélo à assistance électrique et m’a accordé une remise dans le cadre de ma participation au Sun Trip 2017.
Il  était donc logique que la première présentation publique de mon vélo solaire soit organisée chez lui. Cet événement se déroulera le mardi 30 mai 2017, à partir de 18h30, au 17 Rue Général Fauconnet à Dijon (voir le plan).

Pour mémoire, l’image du début de ce partenariat, le 17 décembre 2016.

Mes partenaires

Cette page était bien vide au début, puis au fur et à mesure de l’avancement du projet, les partenariats se sont noués progressivement avec différents acteurs en lien avec le vélo, le solaire ou la technologie des matériaux, jusqu’au soutien, bienvenu et inattendu, d’une association de protection de l’environnement, l’ADEROC.

Rencontre avec les apprentis du CFAI de Châlon-sur-Saône

Dans la perspective d’un partenariat avec le CFAI-21-71, je présentais aujourd’hui mon vélo à un groupe de jeunes apprentis en formation en alternance. Je sollicitais leur aide pour l’usinage de tubes en aluminium qui soutiennent les panneaux solaires.
En effet, j’avais usiné moi-même des pièces en alu permettant de faire coulisser les panneaux solaires latéraux pour réduire la largeur de la remorque. Mais mon outillage à main ne permet pas d’obtenir des pièces aux côtes précises et régulières, ce qui a pour conséquence de gêner ou d’empêcher son bon fonvtionnement

Le processus de création technique du vélo solaire

Tout au long de ce projet de création d’un objet technique, j’ai pu me rendre compte combien le processus de création est complexe, car en effet  :

  • beaucoup de paramètres entrent en ligne de compte (de l’ordre de la physique ;
  • certains paramètres sont étroitement corrélés (alors que d’autres sont indépendants) ;
  • certains paramètres relèvent d’un choix personnel ou d’une idée préconçue, d’autres relèvent simplement de lois physiques (NB: il n’est parfois pas plus facile de lever un obstacle lié à une une idée préconçue qu’un autre lié à une loi physique) .

Ce n’est pas une démarche linéaire, mais cyclique ou plutôt spiralaire. On passe par des phases de recherche d’information, de conception, de recherche du matériel adéquat. Ensuite, viennent les phases de construction et d’expérimentation. Lorsqu’on aboutit pas au résultat escompté, on revient aux phases de recherche, de conception, de construction et à nouveau d’expérimentation.
Parfois, après plusieurs cycles, on parvient à l’objectif prévu, et on est content !
Quand on n’y parvient pas, on l’est moins… On est alors amené à remettre en cause certains choix de départ, certains paramètres. Et alors, le cycle recommence…

Première visite au CFAI 21-71 à Dijon

Aujourd’hui, accompagné par Élisabeth Dounon, j’ai visité le Centre de Formation des Apprentis de l’Industrie à Dijon (CFAI 21-71). Pour moi qui aime la technologie, ce fut un plaisir de découvrir leurs équipements, notamment la salle dédiée à la robotique. Puis nous avons envisagé de quelle manière les apprentis pourraient être associés à la démarche de création du vélo solaire.

J’avais déjà vu ce robot humanoïde français, Nao, lors d’événements autour de l’éducation au numérique.

Évidemment, dans le hall d’accueil, ce panneau a retenu toute mon attention.

Avec Kelle Fabrik, j’apprends à programmer un Arduino

Aujourd’hui, le FabLab Kelle Fabrik organise un atelier pour apprendre à programmer un module Arduino. Je m’y étais inscrit avec enthousiasme.

Quelle relation avec la construction d’un vélo solaire, objecterez-vous?

Eh bien, j’avais vu que certains participants au Suntrip 2013/2015 optimisaient la récupération de l’énergie solaire en orientant leur panneaux solaires.
L’idée a donc germé d’automatiser ce processus et je me suis mis à rêver que, tout en pédalant, mes panneaux s’orienteraient de façon dynamique en fonction du soleil.

Entendons-nous bien : ils s’orienteraient le long d’un seul axe, celui de la trajectoire du vélo. Et bien sûr, je n’activerais cet automatisme qu’en absence de vent (j’ai pu me rendre compte qu’avec du vent, même faible, les panneaux devaient rester bien horizontaux).

Avec Kelle Fabrik, j’apprends à modéliser en 3D…

Deux jours avant cet atelier, j’avais installé le logiciel Blender, libre et gratuit, sur mon ordinateur personnel. En découvrant la complexité de l’interface, j’ai vite abandonné l’exploration, découragé.
Et ce soir, après 2 heures de découverte guidée par l’animateur de Kelle Fabrik, voilà que j’arrive presque à finaliser mon projet ! Je n’en reviens pas !
C’est génial, le partage, la collaboration…
Merci au FabLab d’exister !

Il faut reconnaître qu’il règne ici une atmosphère particulière, enthousiasmante et presque magique.

Premier contact avec « Préférence 3D »

Aujourd’hui, j’ai rencontré Philippe Heinrich, le directeur d’une société dijonnaise spécialisée dans l’impression 3 D et la formation logicielle :

J’ai pu découvrir les différents matériaux permettant d’imprimer des pièces ayant des propriétés mécaniques spécifiques.

Imaginer un vélo solaire pour le Sun Trip Tour 2017 !

Comment vais-je m’y prendre pour réaliser mon vélo solaire ?

Je ne possède pas de vélo à assistance électrique, je ne connais que peu de chose sur le captage de l’énergie solaire…
Du coup, les questions fusent dans toutes les directions :

  • pour le vélo à assistance électrique : quel type de moteur ? moteur moyeu ou pédalier ?  moteur sur le vélo ou sur la roue d’une remorque qui pousse le vélo ?
  • quelle puissance pour la batterie ?
  • comment la puissance du soleil, irrégulière, peut-elle charger la batterie ? Comment ça se régule ?
  • Pour les panneaux solaires : combien ? quelle puissance ? Quelles dimensions ? Où les installer  ? Sur le vélo, sur une remorque, sur les deux ? Comment les fixer ?

Pour trier toutes ces idées, je réalise une carte mentale :


Je cherche des ressources sur internet, ça ne manque pas. Bien sûr, je tombe sur “LE” précurseur : De la France au Japon en vélo solaire

Rencontre avec des professionnels de l’image

J’ai le projet de conserver des traces de cette aventure, sous forme d’écrits, de dessins et d’images. Des photos bien évidemment, mais j’aimerais aussi rapporter des films de ce SunTrip 2017 !  Fixer sur la “pellicule” les paysages qui défilent, les habitants des villages traversés, et les ambiances sonores aussi. Or, si je pratique régulièrement la photo, l’image animée m’est en revanche assez peu familière.

Aussi, lorsque je rencontre Sacha et Perrine, tous deux professionnels du cinéma, j’en profite pour leur demander des conseils. Comment un néophyte comme moi pourrait-il exploiter une caméra dans une aventure telle que le Sun Trip ?

Tous deux sont prodigues en recommandations et me conseillent avant tout économie, sobriété, efficacité… Je me dis qu’ils ont visé juste, moi qui ai trop souvent un goût pour la surabondance!

Perrine me recommande le film de Thierry Frémaux sur les frères Lumière. De passage à Lyon deux semaines plus tard, je courrai à l’institut Lumière pour me procurer le DVD. Je l’ai visionné plusieurs fois déjà, il reste tant à apprendre…

Merci à vous, Perrine et Sacha, j’espère que je serai à la hauteur de ma tâche en juillet !

Première question : combien me faudra-t-il de panneaux solaires ?

Aujourd’hui, j’ai rencontré Jean-Claude qui est prof de physique à Dijon.
Je lui ai posé toutes les questions qui m’étaient venues à l’esprit les jours précédents :

  • comment calculer l’énergie consommée par le vélo pour déterminer la surface nécessaires de panneaux solaires ?
  • comment régule-t-on l’énergie solaire qui est par nature si fluctuante?

Il s’est lancé avec enthousiasme dans de savants calculs et de brillantes démonstrations, que je ne comprenais parfois que partiellement, mais c’était tellement rassurant de rencontrer quelqu’un qui sait ! Quelqu’un qui dissipe le brouillard qui nous entoure !

Je repartirai avec des réponses et plein de nouvelles questions, notamment sur les aspects pratiques de la mise en oeuvre de ces principes de base.

Avant de repartir, Jean-Claude essaie mon vélo à assistance électrique. Pour la photo, il pose près du panneau portant le nom de sa rue :
« Chemin des solaires »,  je suis en bonne voie !

Qu’est-ce qu’un vélo à assistance électrique ?

Selon Wikipédia, un vélo à assistance électrique (V.A.E.) est une bicyclette équipée d’un moteur électrique auxiliaire et d’une batterie rechargeable.

Définition légale d’un V.A.E.

En France, un vélo à assistance électrique doit être conforme à la directive européenne EC2002/24 et à la norme française NF R30-020 fixant les principes généraux suivants :

  • la puissance nominale du moteur ne doit pas dépasser 250 watts,
  • l’assistance fonctionne jusqu’à la vitesse de 25 km/h, pas au delà,
  • l’assistance est fournie uniquement lorsque l’utilisateur pédale.

Un véhicule sera considéré comme vélomoteur si l’une des conditions suivante est remplie  :

  • la puissance nominale du moteur est supérieure à 250 watts,
  • l’assistance fonctionne à une vitesse supérieure à 25 km/h,
  • l’assistance fonctionne lorsque l’utilisateur ne pédale pas, par exemple à l’aide d’une manette.

En France, un tel véhicule doit être assuré comme tout vélomoteur et nécessite le port d’un casque adapté. Par ailleurs, il n’est pas autorisé à emprunter les pistes cyclables.

Premier essai de vélo à assistance électrique (VAE)

Cet après-midi, c’était ma “première fois”, mon premier essai avec un vélo à assistance électrique prêté par le magasin de cycles Pignons-sur-Rue.
Ce fut une sortie très instructive pour un novice comme moi, mes impressions furent contrastées : d’un côté, une grande satisfaction de monter la côte d’Étaules à une vitesse inhabituelle, mais d’un autre côté, quelle frustration sur terrain plat lorsque l’assistance m’abandonne dès que je dépasse les 25 km/h, le poids élevé du vélo se fait alors sentir ! Il va falloir que je m’habitue…

Mais à la réflexion, ces dernières années, quand je randonnais à vélo avec mes sacoches (tente, sac de couchage, vêtements, nourriture etc…), ma vitesse moyenne a toujours été inférieure à 25 km/h.
Ce sera encore le cas cet été, d’autant que le parcours dans les Alpes aura du dénivelé  ! Dans ces conditions, l’absence d’assistance au delà de 25 km/h se fera plus rarement sentir.

Pourquoi participer au Sun Trip 2017 ?

En 2013, le premier SunTrip m’avait tellement fait rêver : 30 aventuriers qui devaient rallier le Kazakhstan en vélo solaire, ça m’a paru tellement incroyable, tellement enthousiasmant ! Il y eut ensuite l’édition 2015 tout aussi riche en aventures et en enseignements.

La version 2017 du SunTrip sera un « Tour » sur un parcours certes moins oriental que les précédents mais qu’importe, le départ en juillet me permettra enfin d’y participer !

Au moment de l’inscription, je rêve de voyage et d’aventure., je pense à toutes celles et tous ceux qui avaient eu la chance, le privilège de participer aux éditions précédentes…
Dès les premiers jours, je me rends compte que l’aventure commence déjà !
Avec son lot de questions, d’inconnu, de contraintes, de recherches, d’idées …

Comment vais-je m’y prendre pour construire un vélo solaire ?