Première question : combien me faudra-t-il de panneaux solaires ?

Aujourd’hui, j’ai rencontré Jean-Claude qui est prof de physique à Dijon.
Je lui ai posé toutes les questions qui m’étaient venues à l’esprit les jours précédents :

  • comment calculer l’énergie consommée par le vélo pour déterminer la surface nécessaires de panneaux solaires ?
  • comment régule-t-on l’énergie solaire qui est par nature si fluctuante?

Il s’est lancé avec enthousiasme dans de savants calculs et de brillantes démonstrations, que je ne comprenais parfois que partiellement, mais c’était tellement rassurant de rencontrer quelqu’un qui sait ! Quelqu’un qui dissipe le brouillard qui nous entoure !

Je repartirai avec des réponses et plein de nouvelles questions, notamment sur les aspects pratiques de la mise en oeuvre de ces principes de base.

Avant de repartir, Jean-Claude essaie mon vélo à assistance électrique. Pour la photo, il pose près du panneau portant le nom de sa rue :
« Chemin des solaires »,  je suis en bonne voie !

Qu’est-ce qu’un vélo à assistance électrique ?

Selon Wikipédia, un vélo à assistance électrique (V.A.E.) est une bicyclette équipée d’un moteur électrique auxiliaire et d’une batterie rechargeable.

Définition légale d’un V.A.E.

En France, un vélo à assistance électrique doit être conforme à la directive européenne EC2002/24 et à la norme française NF R30-020 fixant les principes généraux suivants :

  • la puissance nominale du moteur ne doit pas dépasser 250 watts,
  • l’assistance fonctionne jusqu’à la vitesse de 25 km/h, pas au delà,
  • l’assistance est fournie uniquement lorsque l’utilisateur pédale.

Un véhicule sera considéré comme vélomoteur si l’une des conditions suivante est remplie  :

  • la puissance nominale du moteur est supérieure à 250 watts,
  • l’assistance fonctionne à une vitesse supérieure à 25 km/h,
  • l’assistance fonctionne lorsque l’utilisateur ne pédale pas, par exemple à l’aide d’une manette.

En France, un tel véhicule doit être assuré comme tout vélomoteur et nécessite le port d’un casque adapté. Par ailleurs, il n’est pas autorisé à emprunter les pistes cyclables.

Premier essai de vélo à assistance électrique (VAE)

Cet après-midi, c’était ma “première fois”, mon premier essai avec un vélo à assistance électrique prêté par le magasin de cycles Pignons-sur-Rue.
Ce fut une sortie très instructive pour un novice comme moi, mes impressions furent contrastées : d’un côté, une grande satisfaction de monter la côte d’Étaules à une vitesse inhabituelle, mais d’un autre côté, quelle frustration sur terrain plat lorsque l’assistance m’abandonne dès que je dépasse les 25 km/h, le poids élevé du vélo se fait alors sentir ! Il va falloir que je m’habitue…

Mais à la réflexion, ces dernières années, quand je randonnais à vélo avec mes sacoches (tente, sac de couchage, vêtements, nourriture etc…), ma vitesse moyenne a toujours été inférieure à 25 km/h.
Ce sera encore le cas cet été, d’autant que le parcours dans les Alpes aura du dénivelé  ! Dans ces conditions, l’absence d’assistance au delà de 25 km/h se fera plus rarement sentir.

Pourquoi participer au Sun Trip 2017 ?

En 2013, le premier SunTrip m’avait tellement fait rêver : 30 aventuriers qui devaient rallier le Kazakhstan en vélo solaire, ça m’a paru tellement incroyable, tellement enthousiasmant ! Il y eut ensuite l’édition 2015 tout aussi riche en aventures et en enseignements.

La version 2017 du SunTrip sera un « Tour » sur un parcours certes moins oriental que les précédents mais qu’importe, le départ en juillet me permettra enfin d’y participer !

Au moment de l’inscription, je rêve de voyage et d’aventure., je pense à toutes celles et tous ceux qui avaient eu la chance, le privilège de participer aux éditions précédentes…
Dès les premiers jours, je me rends compte que l’aventure commence déjà !
Avec son lot de questions, d’inconnu, de contraintes, de recherches, d’idées …

Comment vais-je m’y prendre pour construire un vélo solaire ?