J 22 : un mistral terrible dans la vallée du Rhône !

4 août
Aujourd’hui, le mistral sera très violent dans la vallée du Rhône, la météo prévoit des rafales de 70 à 100 km/h. Ce sont les vélos couchés avec toiture solaire qui vont le plus en souffrir. Une stratégie pourrait être de remonter la vallée du Rhône en longeant les monts d’Ardèche puis d’aborder par le Vercors comme dans le Sun Trip Tour 2017. Mais je préfère découvrir un autre itinéraire, par Gap, Briançon… L’enjeu est de traverser la vallée du Rhône avant que le mistral ne se lève.
Pour l’instant, ici à Anduze – 6h, il n’y a pas de vent. Je vais tenter ma chance…

Les villages languedociens défilent, on aimerait à chaque fois s’arrêter, s’imprégner de l’atmosphère de ces vieilles pierres. Mais l’inquiétude de l’irruption du mistral a raison de mes envies de musarder…
A Saint-Quentin-la-Poterie, petite pause pour le petit déjeuner. C’est jour de marché! Odeurs, couleurs, saveurs…

Le vent commence à souffler sérieusement à Saint-Laurent-des-Arbres. Mais des arbres, il n’y en a pas pour nous protéger! Après la traversée du Rhône, le vent devient intenable. Sept kilomètres terribles jusqu’à Orange. Par chance, il n’y a pas de trafic, je peux rouler au milieu de la route. Les bourrasque me poussent à la limite de la chaussée, mais jamais dans le fossé.
Impossible de décrire les sensations de cette fin de matinée. Je me réfugie au pied du théâtre d’Orange. À l’abri de ces pierres millénaires contre lesquelles le vent ne peut rien, je retrouve un peu de calme intérieur…

Après Orange, j’oblique plein Est. Le vent me frappe et m’entraîne sans cesse vers le fossé. Il me faut rouler au milieu de la route. Mais les rafales sont trop violentes et imprévisibles! Impossible de rouler ainsi toute l’après-midi. Soudain, une idée me traverse si je veux continuer à rouler: abattre la grand-voile ! Autrement dit, démonter la toiture solaire.
Je l’installe sur la remorque. Mais, face contre face, les panneaux ne produisent plus d’énergie. Pour l’instant, je suis content de continuer, mais cette perte d’énergie, je ne sais pas encore, je la paierai demain matin.

Yesss! Ça marche! J’arrive à traverser cet océan de vignes, parcouru de bourrasques violentes, telles des vagues immenses, sans aucun refuge. J’arrive jusqu’à Vaison-la-Romaine où j’achète des sangles dans un magasin de bricolage. Je peux retourner 2 panneaux qui peuvent alors capter le soleil. C’est mieux que rien!
À Buis-les-Baronnies, le vent a faibli , je réinstalle ma toiture solaire…
Dans une boulangerie, une femme m’interpelle, étonnée :” c’est vous qu’on a vu l’autre jour dans les Pyrénées?”. Maryse, angevine, nous avait vus à Bagnères-de-Bigorre, elle nous a suivis sur le site du Sun Trip, sur la carte. Mais elle ne savait pas alors que l’itinéraire de ses vacances recouperait à nouveau le nôtre!

Jusqu’au camping de Montauban-sur-l’Ouvèze, la route est très agréable, je savoure la sérénité retrouvée.