L’installation de panneaux solaires sur un vélo

Installer des panneaux sur un vélo soulève de nombreuses problématiques. Les solutions sont multiples et variées, comme on peut le voir lors des différents Sun Trip.
Le concepteur est amené à effectuer des choix, en fonction de ses priorités, de son goût et de son budget.
Le plus souvent, la priorité est donnée à un type de vélo (classique, couché, vélo cargo, trike…) l’équipement solaire devra alors s’adapter à celui-ci.

Mais parfois, d’autres contraintes sont choisies comme prioritaires et guident la conception :
– disposer d’une grande surface  solaire, pour capter un maximum d’énergie,
– avoir une batterie de grande capacité, pour stocker un maximum d’énergie,
– avoir un véhicule très léger, pour économiser l’énergie,
– concevoir un véhicule très solide, pour éviter la casse lors des longs voyages,
– disposer d’un véhicule facile à transporter (pliant).

On rêve du véhicule idéal, léger, solide, puissant, avec une grande autonomie. Très vite, on se rend compte que tous ces souhaits entrent en conflit les uns avec les autres. Augmenter la surface de panneaux et la structure porteuse contribue à alourdir le véhicule. De même, avec l’accroissement de la capacité de la batterie. Alléger au maximum le véhicule peut le rendre trop fragile pour affronter la route et les vibrations.

Sun Trip 2017, prologue 2018, 2019

Depuis 2017, je souhaitais disposer d’un véhicule qui puisse être emporté en train : j’ai opté pour un vélo classique et une remorque mono-roue et pliante. En 2018, j’ai testé un vélo pliant avec une remorque pliable que j’ai pu emporter dans des bus internationaux. La surface maximale de panneaux que j’ai réussi à installer sur remorque était de 1,5m² correspondant à une puissance de 300Wc.


Je n’ai pas exploré l’éventualité d’installer des panneaux sur le vélo, en toiture, comme l’a fait Daniel Jeni lors du Sun Trip 2018. Peut-être expérimenterais-je cette idée un jour?

Préparation du Sun Trip 2020 Lyon-Canton

Je souhaitais disposer du maximum de surface solaire autorisé soit 2,5m². Pour cela j’ai d’abord envisagé l’utilisation d’un vélo cargo puis d’un tandem.
Finalement, c’est grâce à Guillaume Devot de Déclic Eco que l’idée d’utiliser un vélo couché a germé. L’installation de 1m² de panneaux sur le vélo permet de compléter les 1,5m² de panneaux de la remorque.
Mais une inquiétude subsistait : cette configuration serait-elle facile à conduire sur route, même en cas de grand vent de côté ? L’expérience m’a montré que oui.

Il me reste à tester l’efficience et la solidité de la structure porteuse des panneaux sur le vélo.
La structure de la remorque  a fait ses preuves en 2018 et 2019 sur plus de 6000 km. C’est rassurant car j’ai pu observer que les vibrations et les chocs de la route, sur des milliers de kilomètres, éprouvent réellement la structure porteuse des panneaux.

Pour en savoir plus sur les choix adoptés par d’autres participants aux différents Sun Trip