Imaginer un vélo solaire

Installer des panneaux sur un vélo soulève de nombreuses problématiques: quelle surface, combien de panneaux, quelle largeur, quelle structure porteuse, sur le vélo ou sur une remorque… Chaque concepteur effectue des choix en fonction de ses priorités, de ses goûts et de son budget. Les solutions sont multiples et variées comme on peut le voir à chaque édition du Sun Trip. De nombreux types de vélo ont été choisis comme base de départ: vélo classique, couché, vélo cargo, tandem, trike, velomobile…

Des priorités différentes pour chacun guident la conception :
– disposer de la plus grande surface solaire pour capter un maximum d’énergie,
– disposer d’un véhicule très léger pour économiser l’énergie,
– avoir un vélo très aérodynamique pour minimiser la consommation,
– concevoir un véhicule très solide, pour éviter la casse lors des longs voyages,
– disposer d’un véhicule facile à transporter (pliant).

On rêve du véhicule idéal, léger, solide, puissant, avec une grande autonomie. Très vite, on se rend compte que tous ces souhaits entrent en conflit les uns avec les autres. Augmenter la surface de panneaux et la structure porteuse contribue à alourdir le véhicule. Alléger au maximum le véhicule peut le rendre trop fragile pour affronter les mauvaises routes.

Sun Trip 2017, prologue 2018, 2019

Depuis 2017, je souhaite disposer d’un véhicule qui puisse être emporté en train : j’ai donc opté pour un vélo classique et une remorque mono-roue avec des panneaux qui pivotent à la verticale. Mon véhicule est toujours monté sans encombre dans les trains TER.
En 2018, j’ai testé un vélo pliant avec une remorque pliable, l’ensemble pouvant être rangé dans 2 housses; j’ai pu utiliser ainsi des bus internationaux.
La surface maximale de panneaux que j’ai réussi à installer sur remorque était de 1,5m² correspondant à une puissance de 300Wc.

Sun Trip France 2020 et Sun Trip Europe 2021

En 2019, je me préparais pour le Sun Trip Lyon-Canton qui devait se dérouler en 2020. Pour un trajet de 12000 km, je souhaitais disposer du maximum de surface solaire autorisé soit 2,5m². Pour cela j’ai d’abord envisagé l’utilisation d’un vélo cargo puis d’un tandem.
Finalement, c’est grâce à Guillaume Devot de Déclic Eco que l’idée d’utiliser un vélo couché a germé. L’installation de 1m² de panneaux sur le vélo permet de compléter les 1,5m² de panneaux de la remorque.
Mais une inquiétude subsistait : cette configuration serait-elle facile à conduire sur route, même en cas de grand vent de côté ? L’expérience m’a montré que la conduite était aisée avec des vents jusqu’à 60km/h. Une seule journée a été problématique, dans la vallée du Rhône, avec des rafales entre 80 et 100 km/h.

Finalement, je n’aurai pas roulé sur ce vélo pour aller en Chine car la pandémie de COVID l’a empêché en 2020 et en 2021. Mais je l’ai abondamment utilisé pour le  Sun Trip France en 2020 et le Sun Trip Europe en 2021, soit 17000 km avec les sessions d’entraînement.

Sun Trip Alpes 2022

Pour cette édition du Sun Trip qui traverse les Alpes, j’ai souhaité un vélo moins lourd que le précédent. J’ai opté pour un vélo droit, sans remorque, avec les panneaux solaires en toiture (400 Wc).

Pour en savoir plus sur les choix adoptés par d’autres participants aux différents Sun Trip

Il se rend à son travail en vélo solaire!

Je l’avais rencontré à Pau l’été dernier, il était venu rencontrer les participants du Sun Trip France 2020. Il était très enthousiaste de ce mode de transport, et nous avions bien discuté!

Grégory a concrétisé son projet: depuis l’automne dernier, il se rend à vélo solaire dans les différents lieux ou il anime des ateliers auprès du jeune public. 2000 km parcourus à ce jour! Cette démarche est en pleine cohérence avec l’objet de ses animations: découverte de la nature, approche scientifique, sensible ou artistique, préservation de l’environnement… (En savoir plus sur Terra Pitchoun)

Grégory a trouvé une bonne écoute auprès de Déclic Éco qui a conçu et construit le vélo parfaitement adapté à ses besoins professionnels.

Le Sun Trip atteint son objectif: essaimer le concept de vélo solaire !

L’évolution de mon vélo solaire de 2017 à 2021

Depuis ma première participation au Sun Trip en 2017 jusqu’à aujourd’hui, j’ai expérimenté différentes configurations de vélos solaires.
Voici les principes de base qui ont orienté mes constructions:
– de 2017 à 2019, je souhaitais pouvoir emporter mon véhicule en train. J’ai donc opté pour un vélo classique associé à une remorque mono-roue portant les panneaux solaires (qui pouvaient basculer à la verticale).
– pour le Sun Trip 2020 qui devait nous emmener en Chine, mon objectif était de pouvoir disposer du maximum d’énergie solaire. J’ai donc associé ma remorque solaire (3 panneaux) à un vélo couché sur lequel j’ai ajouté une toiture solaire (2 panneaux). Ainsi, j’ai atteint la surface solaire maximale acceptée sur le Sun Trip (presque 2,5 m² qui correspond à une puissance de 500Wc). En 2021, j’ai transformé un peu la remorque.

AnnéeRemorqueSolaireMoteurPhoto
2017Extrawheel modifiée200WcBionX
2018DIY
fabrication
2018
200Wc +100Wc à l'arrêtCrystalyte SAW (roue avant vélo)
2019
juin
DIY
fabrication
2019
300 WcCrystalyte SAW (roue remorque)
2019
juillet
DIY
fabrication
2019
300 Wc9Continent RH205 (roue arrière vélo)
2020DIY
fabrication
2020
500 Wc9Continent FH212 (roue avant vélo)
2021DIY
évolution
2021
500 Wc9Continent FH212 (roue avant vélo)

Préparation du Sun Trip Europe en avril

Évidemment, ce mois d’avril aura été marqué par le reconfinement et la limite des 10 km autour du domicile! Par chance, la moitié de mon périmètre était en pleine nature et assez vallonné. Ç a d’ailleurs été l’occasion de découvrir ou redécouvrir des chemins de traverse et des petites routes oubliées… J’ai vu le printemps se déployer à vue d’oeil, malgré un épisode de neige et de gel nocturne.

En tricotant dans ce périmètre, j’ai agrandi chaque semaine la distance parcourue. Pour ma plus longue sortie, j’ai réussi à faire un tour de 200 km avec 2600m de dénivelé!
Le mois d’avril se termine avec de la pluie! Du coup, le vélo reste au garage et j’en profite pour affiner l’itinéraire de cet été et publier quelques articles.

Date GPS Dist.
km
Tps
h : mn
Vit.
km/h
Conso
Wh
Solaire
Wh
27/04 164 5:42 28,9 2355 1902
24/04 203 6:49 29,7 2732 2327
23/04 104 3:38 28,6 1372 1178
15/04 81 3:06 26,1 1175 633
10/04 71 2:48 25,4 825 159
08/04 52 2:00 27,9 670 171
02-04 232 8:40 26,8 2545 2010
Avril 908 32:19 28,1 11674 8380

2 avril : 3ème sortie de préparation au Sun Trip Europe

Ce fut la 3ème belle sortie de préparation au Sun Trip Europe avant le reconfinement.
J’ai pu profiter des beaux paysages de Côte-d’Or, visiter des coins qui m’étaient inconnus. Et j’ai même roulé un peu en Saône-et-Loire. Ce fut bon de rouler sous le soleil, sans peur des kilomètres.
Dire que le confinement va bientôt nous cloîtrer dans un périmètre de 10km autour de notre domicile !
Tour : 232 km
Dénivelé + : 1590m
Consommation : 2540 Wh
Production : 2010 Wh

24 mars : 1er tour de préparation au Sun Trip Europe

Cela faisait quelque temps que je voulais remettre en route mon vélo solaire. Et j’ai choisi cette semaine qui s’annonçait remarquable en terme d’ensoleillement.
L’enjeu était aussi de me remettre en selle après les mois d’hiver où les sorties vélo sont toujours un peu courtes. Il fallait envisager un itinéraire un peu conséquent. Pari tenu !!!

J-5 avant le Sun Trip France !

Cette semaine, Télérama titre un article “Heureux qui voyage autrement”. Il propose au lecteur de “donner du caractère” à ses vacances en visitant la Bourgogne-Franche Comté.
Pour mes dernières sorties de test, j’ai suivi ce conseil avec un tour en Bourgogne du Sud. Car tester son vélo solaire n’empêche pas de découvrir le patrimoine et les paysages!
L’excellent ensoleillement de la journée d’hier m’a permis de parcourir 207 km en un peu plus de 6 heures.

8 juillet :

7 juillet :

Entraînements avec le vélo solaire Solarduino Bike 2020

Deux mois, c’est le temps imparti, du 11 mai (déconfinement) au 11 juillet, pour tester et éprouver mon nouveau véhicule solaire. Il faut mettre les bouchées doubles !

  • L’enjeu n° 1 : apprivoiser le vélo couché, pour moi c’est tout nouveau ! Connaître son comportement routier avec la toiture solaire, avec la remorque, dans les virages, les nids de poule, dans les rafales de vent.
  • Il me faut aussi éprouver la partie mécanique, notamment  les supports des panneaux solaires sur le vélo comme sur la remorque.
  • Enfin, j’ai besoin de connaître mon nouveau moteur, ses performances, sa consommation…
    Tout un programme !

Voir en plein écran

Date GPS Dist.
km
Déniv+
m
Durée
H : mn
Vitesse
km/h
Conso
Wh
Solaire
Wh
Régen
%
08-07 207 1290 06:11 33,5 1536 2456 4,1
07-07 103 800 03:08 32,9 707 1264 2,3
01-07 82 965 03:00 27,3 592 985 8,7
30-06 132 1245 4:15 31 881 955
27-06 55 768 1:55 28,5 370 424
26-06 72 430 2:19 31,1 465 441
23-06 157 1395 5:15 29,8 1085 2171
20-06 63 170 1:44 36,3 420 76
19-06 29 130 0:51 33,4 208 52
17-06 108 617 3:21 32,1 713 443
16-06 65 570 2:04 31,1 461 287
15-06 72 590 3:20 25,2
24-05 111 710 4:20 25,4
21-05 93 705 4:25 21

Anatomie et poids de mon vélo solaire Solarduino Bike 2020

PartieÉlémentsPoidsTotal
VéloVélo Nazca Pioneer, pneus Schwalbe
Marathon Plus Tour,
moyeu Rohloff
25,5 kg
Moteur Nine Continent FH2126,0 kg
Contrôleur0,3 kg
Batterie5,5 kg
Panneaux (2)1,6 kg x 2
Cornière alu,
tube horizontal,
supports verticaux
0,9 kg x 2
0,9 kg x 1
Régulateurs solaires0,29 kg x 1
0,46 kg x 1
Câblages0,30 kg
RemorqueTimon Bob Yak1,30 kg20,8 kg
Structure remorque5,00 kg
Roue1,35 kg
Planche bagage0,55 kg
Panneaux solaires1,50 kg x 3
Cornières alu, traverses bois,
tube carbone kevlar
4,15 kg
Régulateur solaire (1)0,29 kg x 1
Régulateurs solaires (2)0,46 kg x 2
Système d'inclinaison0,80 kg
Câblage0,30 kg
Sacoches
et bagages
12,5 kg
Total58,8 kg

Construire son vélo solaire
Partie 3 : l’équipement solaire

Table des matières
Partie 1 : le vélo
Partie 2 : l’assistance électrique
Partie 3 : l’équipement solaire



Les panneaux solaires ne peuvent pas être connectés directement à la batterie, il doivent l’être au travers d’un régulateur solaire.

3.1. Régulateur solaire

Celui-ci est chargé d’ajuster la tension à celle de la batterie (36 ou 48 Volts par exemple) et de modifier le courant (Ampères) en fonction de la quantité d’énergie lumineuse fournie par le soleil.
Le type le plus répandu chez les cyclistes solaires est le régulateur de technologie MPPT «boost».
La technologie MPPT du régulateur assure le meilleur rendement possible dans la conversion de l’énergie électrique. La qualification “boost” signifie que la tension des panneaux à l’entrée du régulateur doit être inférieure à celle de la batterie et le régulateur ajuste alors la tension de sortie à celle de la batterie.

3.2. Panneaux solaires

Technologie
Les panneaux à privilégier sont les panneaux souples en silicium monocristallin: ils sont légers et ont un bon rendement de conversion de l’énergie lumineuse en énergie électrique. Mieux vaut oublier les modèles élaborés pour le toit des maisons, en silicium polycristallin (très lourds, rendement moindre).

Article : comment choisir ses panneaux solaires

Format
Le constructeur de vélo solaire devra choisir le format de ses panneaux en fonction de son vélo et de la structure prévue pour les supporter.
Pour participer au Sun Trip, la largeur des panneaux ne doit pas dépasser 1 mètre ce qui correspond à 7 cellules photovoltaïques (dans les dimensions coutantes de 12,5cm x 12,5cm). Mais les formats traditionnels comportent plutôt des nombres paires de cellules, dans la pratique, une majorité de cyclistes solaires ont désormais des panneaux de 6 cellules en largeur.

2 cellules =28cm 4 cellules =54cm 6 cellules =80cm

La longueur des panneaux dépendra du vélo choisi, ou de la remorque…
Attention: la taille du panneau influe directement sur ses caractéristiques électriques, il convient de veiller à l’adéquation entre panneaux, régulateurs et batterie.
Qualité
La qualité d’un panneau, en terme de production électrique, dépend beaucoup de la qualité des cellules photovoltaïques qui le constituent. Dans la fiche technique, la mention d’un grand fabricant de cellules est un gage de qualité.
Toutefois les grands fabricants trient leurs cellules et les vendent sous différents grades de qualité. Mais cet indice n’est jamais mentionnée par le fabricant de panneaux.

Article : le rendement d’une cellule photovoltaïque

Article : test comparatif de rendement de 3 panneaux solaires

3.3. Structure porteuse des panneaux solaires

Comment transporter des panneaux solaires sur un vélo ? C’est une des questions importantes que se pose le cycliste solaire. Cette question est aussi reliée à la surface de panneaux que l’on souhaite installer.
Si installer 1 panneau de 0,7 m² est assez simple, installer 2,5 m² de panneaux est autrement plus compliqué.

Article : installer des panneaux solaires! Oui, mais comment?

Article : l’installation de panneaux solaires sur mes vélos

Construire son vélo solaire
Partie 2 : l’assistance électrique

Table des matières
Partie 1 : le vélo
Partie 2 : l’assistance électrique
Partie 3 : l’équipement solaire



Le système d’assistance électrique comprend a minima une batterie, un moteur, un contrôleur de moteur (intégré parfois à l’intérieur du moteur), une console de commande et d’affichage. D’autres éléments peuvent s’ajouter: capteur de pédalage, capteur de couple, capteur de vitesse, accélérateur de guidon…

2.1. La batterie

Comme expliqué dans la Partie 1, les batteries fournies avec certains vélos du commerce n’acceptent pas d’être chargées durant l’utilisation ce qui complique beaucoup leur intégration à un vélo solaire.

Caractéristiques de la batterie
Les caractéristiques principales d’une batterie sont:
– la technologie chimique: aujourd’hui, la plupart des batteries de vélo utilisent la technologie Litium-Ion.
– la tension nominale: 36 Volts, 48 Volts, voire 52 Volts,
– la capacité, exprimée en Ampères-heure ou en Watts-heure. Cette valeur reflète la quantité d’énergie que la batterie est capable de stocker et de restituer.

Éléments constitutifs de la batterie
Une batterie est constituée d’un ensemble d’éléments Li-Ion (appelés «cellules») associés en série et en parallèle, auquel on ajoute un système électronique de protection (BMS). Le rôle du BMS est d’empêcher une charge ou décharge trop profonde et d’équilibrer les tensions entre les éléments Li-Ion.
La plupart des batteries sont constituées de cellules dénommées « 18650 », en référence à leur format physique (diamètre= 18mm, longueur= 65mm).

Association des cellules en série
La tension nominale d’une cellule 18650 est de 3,6 Volts.
Pour fabriquer une batterie de 36 Volts, on met donc en série 10 cellules.

Pour une batterie 48 Volts, la série comporte 13 cellules.

Association des cellules en parallèle
Les fabricants proposent des cellules 18650 sous différentes capacités: 2000, 2500, 2900, jusqu’à 3500 Milliampères-heure.
Dans l’exemple figuré ci-dessous, on a choisi de cellules de 3500 mAh. L’ensemble comporte 1 seule série, sa capacité globale est de 3500 mAh soit 3,5 A-h.


Dans le second exemple figuré ci-dessous, toujours avec des cellules de 3500 mAh, on a associé en parallèle 4 séries de 10 cellules. La batterie obtenue a une capacité globale de 14 A-h.


Les cellules de forte capacité (3500 mA-h) sont souvent les plus chères mais leur intérêt est de pouvoir stocker plus d’énergie à poids égal. Autrement dit, à capacité égale, la batterie sera plus légère, ce qui est un avantage pour le cycliste solaire.
Quant à la qualité des cellules (capacité, longévité), elle est souvent meilleure chez les grands fabricants tels LG, Samsung, Sanyo…

2.2. Le moteur

Il existe différents types de moteurs, chacun ayant des avantages et des inconvénients. Les connaître sera un atout pour effectuer le meilleur choix en fonction de l’utilisation prévue.

2.2.a. Le moteur « roue » Direct Drive

Il est inséré dans une roue à la place du moyeu, ce type Direct Drive ne comporte pas d’engrenages à l’intérieur. Il existe des modèles pour roue avant ou roue arrière. Les modèles pour roue avant peuvent éventuellement être installés sur une remorque.
Intérêts : très fiable, pas d’entretien. Dans les descentes, le moteur peut freiner et régénérer de l’électricité pour recharger la batterie.
Inconvénients : plus lourd que le moteur réducté, et moins efficace dans les côtes très fortes où il chauffe .

2.2.b. Le moteur « roue » réducté

Il est inséré dans une roue à la place du moyeu, il comporte des engrenages à l’intérieur. Il existe des modèles pour roue avant ou roue arrière. Les modèles pour roue avant peuvent éventuellement être installés sur une remorque.
Intérêts : moteur plus petit, moins lourd, souvent plus efficace que le Direct Drive dans les côtes. . Il ne freine pas le vélo quand on pédale sans assistance.
Inconvénients : Engrenages à entretenir régulièrement et à changer après des voyages longue distance. Pas de régénération dans les descentes.

2.2.c. Le moteur « pédalier »

Ce moteur est inséré à la place du pédalier d’origine, il comporte des engrenages à l’intérieur.
Intérêts : moteur plus petit, moins lourd, très efficace dans les côtes. Il ne freine pas le vélo quand on pédale sans assistance.
Inconvénients : Engrenages à entretenir régulièrement et à changer après des voyages longue distance. Pas de régénération dans les descentes.

2.3. Le contrôleur de moteur

Selon les systèmes, le contrôleur peut être indépendant ou bien intégré au bloc moteur. Il est très souvent indépendant dans les systèmes à moteur roue et souvent intégré aux moteurs pédalier. Son rôle est de gérer l’énergie fournie au moteur, en fonction de plusieurs données (niveau d’assistance choisi, vitesse, énergie disponible dans la batterie, signal du capteur de couple ou de pédalage, etc…).

2.4. La console de commande et d’affichage

Elle donne des indications à l’utilisateur (ex: vitesse, niveau d’assistance, tension de la batterie, distance parcourue…) et de plus, elle lui permet de dialoguer avec le système (a minima pour choisir le niveau d’assistance).


Dans les systèmes évolués, comme ceux fabriqués par la société Grin Technologie, la console Cycle-Analyst, permet l’affichage et la sélection d’un nombre très important de paramètres: vitesse, puissance consommée, niveaux d’assistance etc… Un équipement additionnel permet l’affichage simultané de la production solaire. Il est ainsi possible de savoir en temps réel la quantité d’énergie consommée et produite.


Sur la photo ci-dessus, on peut voir que la consommation par le moteur est de 353W à ce moment précis, tandis que la production solaire est de 371W.

2.5. Le capteur de pédalage ou le capteur de couple

Selon les systèmes, ce capteur peut être séparé ou intégré au bloc moteur, auquel cas, il n’est pas visible. Les systèmes les plus évolués disposent d’un capteur de couple qui mesure la puissance donnée par le cycliste, les autres d’un capteur de pédalage qui mesure le rythme de pédalage du cycliste.

2.6. Le capteur de vitesse

Selon les systèmes, ce capteur peut être séparé ou intégré au bloc moteur.

2.7. L’accélérateur de guidon

C’est un accessoire facultatif. Il est autorisé en France uniquement pour le démarrage, par exemple après un feu rouge. Il est souvent bien utile, particulièrement sur les vélos couchés, pour le démarrage en côte.

Construire son vélo solaire
Partie 1 : le vélo

Un vélo solaire est constitué des éléments suivants: un vélo, parfois associé à une remorque, un système d’assistance électrique et un équipement solaire.
Nous allons décrire ci-dessous ces éléments, et envisager les différentes possibilités qui s’offre à celui qui veut construire son vélo solaire.

Table des matières
Partie 1 : le vélo
Partie 2 : l’assistance électrique
Partie 3 : l’équipement solaire




1. Le vélo

Il est possible d’utiliser soit d’utiliser un vélo à assistance électrique du commerce, soit d’utiliser un vélo classique auquel on ajoute un kit d’électrification.

1.1 Un vélo à assistance électrique du commerce

Dans ce cas, il faut savoir que nombre de grands fabricants empêchent l’utilisateur de recharger la batterie pendant que le moteur fonctionne. Cela oblige alors à disposer de 2 batteries : l’une est rechargée par le panneau solaire pendant que l’autre alimente le moteur, ce qui impose d’échanger périodiquement les batteries. On comprend que ce système n’est pas le plus pratique.
Par ailleurs, certains fabricants empêchent même de charger la batterie autrement qu’en la connectant au chargeur secteur, ce qui complique encore la tâche.
Mais certains vélos du commerce, plus rares, ne sont pas dotés de ces limitations et peuvent être facilement transformés en vélos solaires.

1.2 Un vélo simple auquel on rajoute une assistance électrique

A la lecture du paragraphe 1.1, on comprend qu’il est souvent plus simple et plus efficace d’installer un système d’assistance électrique sur un vélo non électrique.
Deux façons de procéder :
– soit en achetant un kit complet (avantages : simplicité / inconvénients: si le système est “propriétaire”, l’utilisateur ne peux pas utiliser des pièces d’une autre marque),
– soit en composant son un kit, en choisissant chaque élément (avantages : le choix de chaque élément est beaucoup plus vaste, on peut mieux ajuster les éléments à son propre besoin, à sa pratique /  inconvénients: l’étendue des possibilités peut dérouter le débutant).

À lire: note de la Direction de l’information légale et administrative (Premier ministre): https://www.service-public.fr/particuliers/actualites/A14325

1.3 Différents types de vélo possibles

Le choix du vélo est important car il conditionnera souvent la manière d’installer les panneaux solaires, sur le vélo lui-même et/ou sur une remorque.


De nombreux types de vélo ont été expérimentés, selon les goûts de chacun :

  • vélo droit classique avec remorque, à 1 ou 2 roues,
  • vélo droit classique avec toiture solaire,
  • tandem droit-couché transformé,
  • vélo cargo, avec panneaux sur le vélo ou en toiture,
  • vélo couché avec panneaux en toiture, et parfois en remorque,
  • trike, tandem trike, avec panneaux en toiture, et parfois en remorque,
  • vélomobile avec panneaux en toiture, et parfois en remorque.

Voir les différents types de vélos sur les Sun Trip depuis 2013.

Traversée d’un désert chinois, à pied et en mode solaire !

Je découvre cette vidéo étonnante réalisée par Olivier Coste. Il a conçu un engin à assistance solaire destiné à porter son équipement en milieu désertique : “Solar Explorer”. En 2018, il a effectué la traversée du désert de Badain Jaran en Chine. Son véhicule lui a permis d’affronter les dunes les plus hautes du monde chargé à plus de 150 kilos de matériel, d’eau et de nourriture. Sans un tel système de portage, ces zones arides seraient inaccessibles à un individu seul. Bravo à Olivier pour cette innovation!

Séminaire de préparation au Sun Trip 2020

Une préparation au Sun Trip 2020 était organisée ce week-end à Lyon. Elle a réuni 30 participants sur la cinquantaine d’inscrits et s’est déroulée dans une ambiance à la fois studieuse, passionnante et conviviale.
Pour préparer efficacement ce rallye à vélo solaire, de nombreuses de thématiques ont été abordées :
– les aspects administratifs, formalités aux frontières et visas,
– les itinéraires et variantes possibles,
– les différences culturelles des pays traversés,
– le fonctionnement des vélos solaires, le règlement technique,
– le suivi de la météorologie et son impact sur la navigation,
– la communication : vidéo, réseaux sociaux etc…

C week-end a aussi permis à chacun de rencontrer les autres participants. Les échanges informels furent nombreux, entre les conférences et les ateliers, autour des repas ou devant une bière, à toute heure du jour et de la nuit !
Ce fut l’occasion de rencontres riches entre suntripeurs expérimentés et nouveaux venus, entre francophones et anglophones, entre techniciens et voyageurs… L’enthousiasme et la joie du partage se lisaient sur les visages.

Samedi soir, nous avons fêté le nouvel an chinois en présence du consul de Chine à Lyon et des 3 SunTrip managers chinoises. Dimanche, Luc Giros nous a présenté son tour d’Europe : plus de 18000 km effectués sur le vélo solaire utilisé par Mickaël Joguet lors du Sun Trip 2018.

Nous remercions tous Florian Bailly pour l’organisation de ce moment fructueux, ainsi que tous les membres de l’organisation qui ont contribué au bon déroulement de l’événement : Béatrice et Yannick, Christophe Bayard (Vécolo), Benoit Ganivet, Annick-Marie qui assurait avec brio la traduction casi-simultanée pour les participants non-francophones.

Un nouveau type de vélo solaire sur le Sun Trip 2020

Le prototype réalisé par Bernard Cauquil est novateur sur bien des plans :
– les 2 roues arrière de son trike (tricycle couché) s’inclinent quand le vélo tourne à droite ou à gauche. Ce dispositif lui confère une grande stabilité dans les virages. De plus, on remarque dans la vidéo qu’il permet aussi d’absorber les irrégularités de terrain de façon très efficace.
– sa transmission est une autre particularité étonnante: contrairement au vélo traditionnel où l’énergie musculaire du cycliste est transmise à la roue, par une chaîne le plus souvent, ici l’énergie musculaire recharge une batterie dont le cycliste contrôle la décharge dans le moteur.

Prendre le train avec un vélo solaire !

L’after Sun Trip Tour : de Valence à Dijon en passant par Châlon-sur-Saône

Le 20 juillet, je pars de Valence en TER pour rejoindre Châlon-sur-Saône. Je mets à profit l’idée qui a guidé la conception de mon véhicule solaire: pouvoir prendre le train.
Principes:
– un vélo standard est toujours accepté dans les TER et dans certains TGV,
– la remorque est acceptable avec le panneau à la verticale, elle ne prend pas plus de place qu’un vélo.
Pour l’instant, j’ai pris le train un douzaine de fois en France et en Suisse, je ne me suis jamais vu opposer de refus. Touchons du bois!

Au besoin, on peut réduire la longueur en faisant glisser le 3ème panneau sur le 2ème, en moins de 10 minutes.

Dans certains trains (TGV et Lyria), on peut créé l’équivalent d’une housse avec des sacs poubelle et du gros scotch (et pour le vélo, démontage des roues, et quand j’ai le temps, des pédales et du guidon, avant de le mettre en sac).

Le 21 juillet, je termine à vélo le retour sur Dijon, à 34 km/h de moyenne.

Entraînements pour le Sun Trip Tour 2019

Dans la perspective du Sun Trip Tour en juillet 2019 :

  • en mai : premières sorties tests pour faire émerger les éventuelles fragilités de conception, apporter des améliorations qui seront ensuite testées à leur tour (~1000 km environ).
  • en juin : longs parcours pour entraîner le cycliste et éprouver la machine (~2600 km environ).

Voir en plein écran

DateGPSDist.
km
Déniv+
m
Durée
H : mn
Vitesse
km/h
Conso
Wh
Solaire
Wh
30-0613212454:1531881955
27-06557681:5528,5370424
26-06724302:1931,1465441
24-051117104:2025,4
23-0615713955:1529,810852171
21-01937054:2521
20-06631701:4436,342076
19-06291300:5133,420852
17-061086173:2132,1713443
16-06655702:0431,1461287
15-06725903:2025,2

La batterie de mon vélo solaire connectée en bluetooth !

C’est au week-end de préparation aux Sun Trip 2019 et 2020 que j’ai découvert cette innovation. Merci à Ralf !
J’ai donc décidé de remplacer le BMS de ma batterie (battery management system) par un modèle disposant d’un périphérique de communication bluetooth. Cela m’a coûté une trentaine d’euros et un peu plus de temps que je n’imaginais pour l’installation. En effet, les nappes de connexion des BMS étaient différentes et j’ai donc dû user du fer à souder.

Qu’importe, je suis satisfait du résultat : désormais, je peux tout savoir sur l’état de ma batterie, en temps réel, sur l’application smartphone dédiée. J’ai tout de même ajouté un interrupteur : il me permet d’éteindre le module bluetooth pour éviter de décharger inutilement la batterie, par exemple en période de stockage hivernal.

Nouveauté sur le Solarduino Bike : la version 3.1 en test !

version mars 2019
Solarduino Bike v3.1
version avril 2019

Apparemment rien n’a changé entre la version du mois de mars et la version 3.1 de mi-avril.
J’ai tout simplement changé les 3 panneaux solaires! J’ai remplacé les anciens panneaux économiques par des panneaux de haute qualité, constitués de cellules photovoltaïques de dernière génération Sunpower™ Maxeon, dans la “classe” ou “grade” le plus élevé.
En effet, après fabrication, les cellules sont triées en différentes classes d’après leur rendement (Sunpower™ utilise une classification particulière avec bien plus de 4 classes).

Résultat :
86% d’énergie solaire en plus à surface égale!
Quelle progression !

Je réalise qu’en 2018 je croyais rouler avec 200Wc mais en fait je ne disposais que de 107Wc réels. Pour avoir la même puissance, 1 seul des nouveaux panneaux aurait été nécessaire, ma remorque aurait été 2 fois plus courte, plus légère, hyper-maniable.

En 2019, j’ai choisi d’augmenter la surface de panneaux pour disposer de plus de puissance. Je souhaite :
– avoir plus d’autonomie en cas de météo nuageuse avec éclaircies, de ne pas être inquiet de terminer une journée “à la pédale”,
– rouler plus vite si besoin,
– rouler plus longtemps pour parcourir de plus grandes distances.

Un nouveau type de vélo solaire sur le Sun trip Tour 2019!

Les précédentes éditions du Sun Trip ont vu défiler une grande variété de vélos : des vélos droits classiques, des tandems, mais aussi des vélos couchés, tricycles couchés, tricycles tandem couchés, des vélos cargo, un tandem assis/couché et, pour une courte apparition, un vélo familial à 4 roues…
Mais aucun vélo mobile n’avait encore participé. Ce sera le cas cette année avec Bertrand Touzet : le 6 juillet, il prendra le départ du Sun Trip Tour 2019 avec son vélo mobile dont le carénage améliore l’aérodynamisme.
Bertrand nous fait découvrir son véhicule dans cette courte vidéo :

Le fonctionnement d’un panneau solaire, par Christophe Dugué

C’est au stage de préparation aux Sun Trip 2019 et 2020, à Lans-en-Vercors, que Christophe Dugué nous a présenté des données importantes sur les panneaux solaires.
Dans un exposé très clair, il nous a expliqué la conception et le fonctionnement d’un panneau solaire, la définition de ses caractéristiques techniques, puissance maximale etc…
Christophe nous a aussi éclairé sur des facteurs importants pour les cyclistes solaires qui conditionnent la production d’énergie électrique: influence de la température, impact des ombrages, conséquences des micro-fissures des cellules photovoltaïques…

Les panneaux solaires, c’est son rayon : Christophe travaille chez Photowatt, un fabricant français de panneaux solaires pour maisons et bâtiments.
Mais surtout, Christophe a conçu et fabriqué des prototypes de panneaux pour vélo solaire. Ces panneaux sont à la fois légers et rigides, donc résistants aux aléas des voyages au long cours. Christophe a testé son premier prototype lors du Sun Trip Tour 2017. Puis c’est Stéphane Bertrand qui en a été équipé pour le Sun Trip 2018 Lyon-Canton. Pour le Sun Trip Tour 2019, Christophe équipera aussi son épouse qui participera avec lui .

Préparation au Sun Trip 2019 et 2020

Mi avril, l’équipe du Sun Trip avait organisé un week-end de préparation au Sun Trip. Ce stage avait pour ambition d’aider les participants à mieux se préparer  d’un point de vue technique:

  • comprendre le fonctionnement des panneaux solaires,
  • connaître les différents composants d’un vélo à assistance électrique (moteur, contrôleur, batterie…),
  • partager des expériences vécues des précédents Sun Trip,
  • préparer des itinéraires…

Ce week-end fut intense et très riche, aussi bien par les apports des intervenants : Florian Bailly (créateur du Sun Trip), Christophe Bayard (association Vécolo), Christophe Dugué (Photowatt), Bernard Cauquil (Professeur techniques industrielles et suntriper 2015 et 2020) que par les échanges entre participants.
Merci à tous !

Voici une vidéo qui traduit l’ambiance de ces rencontres :

Coût de mon vélo solaire : Solarduino Bike version 3.1

Cette semaine, j’ai installé sur mon vélo de nouveaux panneaux solaires, de très bonne qualité. Leur puissance réelle est supérieure de 86% à celle de mes anciens panneaux. Je suis passé du Solarduino Bike 3.0 à la version 3.1 !

Combien a coûté mon nouveau vélo solaire 2019 ?
J’ai fait le compte des différents éléments utilisés. J’en ai acquis pour le premier projet en 2017, d’autres en 2018 et 2019. Voici le bilan :

Le coût de la remorque peut sembler dérisoire, la raison est que j’ai essentiellement utilisé des pièces de récupération (fourche et cadres de vélos) acquis dans l’atelier participatif La Rustine à Dijon.