8 juin : je perds de vue mon coéquipier!

Daniele a réparé ses freins au camping qui avait un atelier très bien outillé. Nous partions peu avant-midi. Une belle journée s’annonçait : un ciel bleu, un soleil plein de watts, du vent dans le dos !
Nous roulions de concert, Daniele sur la route, et moi sur la piste cyclable le long de la route. La Suisse est pleine d’attention pour ses cyclistes! Mais parfois ces pistes cyclables s’éloignent de la route pour la retrouver après un village, par exemple.
Et voilà, c’est ce qui a fait que nous nous sommes perdus de vue.
Rien de grave, me direz-vous, un petit coup de fil ou un SMS pour se retrouver.
Malheureusement c’est ce 8 juin que je changeais d’opérateur de réseau téléphonique. Impossible de nous joindre pour nous dire où nous étions.
J’ai trouvé des Suisses sympas qui ont accepté de joindre Daniele avec leur portable. Mais Daniele ne répondait jamais, je laissais un message vocal (j’ai sû le soir qu’il croyait que c’était de la pub). J’ai essayé Whatsap et le courrier électronique dans une station-service équipée de Wifi.
Rien…
Après ces tentatives infructueuses, je me suis résolu à reprendre ma route. Je suivais la trace GPS concoctée par Daniele, sans savoir s’il était devant ou derrière moi. Au moins, nous roulions dans la même direction, sur la même route.

Les paysages étaient magnifiques, avec un decor de montagnes enneigées, les pistes cyclables pittoresques.
La journée de soleil a donné 1003 Wh, elle aurait donné bien plus si ma batterie n’avait pas été pleine dès 8h du matin. Mes 330Wc de panneaux solaires font merveille, j’ai roulé en les inclinant bien pendant la fin de l’après-midi.

Au camping, le wifi et WhatsApp m’ont permis de reprendre contact avec Daniele. Ouf, on se retrouvera demain matin.