J 12 : de Vendée en Charente-Maritime, ciel gris !

25 juillet, de Chauché (Vendée) à Pons (Charente-Maritime)
Les prévisions météo sont implacables: nous n’aurons pas de soleil aujourd’hui. Les quelques rayons en quittant le camping seront les derniers de la journée.
A Bournezeau, la pluie s’annonce. Christian s’est arrêté au café du village, nous discutons avec 3 jeunes et un adjoint au maire. La pluie n’insiste pas, nous repartons. Mais les nuages nous accompagnent, la production solaire est très faible, 30W, 40W… Heureusement, le relief est plat.

Bientôt, je me retrouve sur une route à forte circulation avec moult camions, camping-cars, voitures… L’enfer! J’aurais mieux fait de traverser Luçon qui semble être une belle ville. Trop tard, il faut prendre mon mal en patience.

Peu après Marans, au coeur du Parc naturel régional du Marais poitevin, je goûte enfin au calme des routes de campagne. C’est l’occasion d’une photo au milieu de tournesols. Cette image sera reprise par le journal cote-d’orien Le Bien Public dans son édition du 5 août.

Au Chambon, surprise : une voie ferrée coupe le village en deux, la rue se réduit à un escalier et une rampe. Il me faudra incliner tous mes panneaux pour arriver à passer!

J’arrive au camping de Pons vers 20h30, je pose le vélo près de la terrasse du restaurant. On me hèle, je me retourne et surprise, c’est Cécile, et Victor et Florian sont attablés plus loin. Quel plaisir de se retrouver et de dîner ensemble. C’est ça, la magie du Sun Trip !

Bilan énergétique :
Les prévisions météo nous laissaient peu d’espoir : nous savions tous que cette journée serait difficile. Il s’agissait d’économiser l’énergie tout au long de la route : couper l’assistance en descente, régénérer pour ceux qui le peuvent, grimper les côtes le plus possible à la force des mollets…
– 180 km parcourus, 500 m de dénivelé,
– vitesse moyenne 22 km/h,
– parti avec 56,5 Volts, arrivé avec une tension de 48,0 Volts.
– 998 watts solaires
– 6,3% de régénération
Le moteur n’a jamais chauffé !