De Bourg-Saint-Maurice à Lanslebourg Val-Cenis

Sun Trip Tour – 14 juillet, 9ème jour
Avec le ciel couvert d’hier après-midi, ma batterie est chargée à moitié. Aujourd’hui, le col de l’Iseran nous attend avec 2000 m de dénivelé. Avec Christophe et Stéphanie, nous décidons de rester tranquillement au camping pour que le soleil matinal recharge bien nos batteries. A 9h30, c’est fait, la batterie est pleine, nous partons.
Dans l’ascension pour le lac de Tignes, nouvelle surprise pour moi : ma roue arrière se bloque. Diagnostic : c’est la roue libre qui s’est dévissée, il faut donc démonter la roue arrière avec le moteur. La réparation est facile mais le lieu n’est pas propice : aucune place entre la route et le parapet en béton. Je pousse le vélo sur 100 m, et là, je n’ai que 50 cm d’espace pour travailler mais c’est mieux que rien.
Je repars une demi-heure après et j’arrive au lac de Tignes, d’un bleu magnifique sous le soleil franc de midi.
Bientôt, Val d’Isère où je m’arrête au salon du véhicule électrique et hybride. Je retrouve d’autres vélos solaires exposés. Sur le stand d’un traiteur, avec les autres suntripeurs, nous dégustons des produits locaux et artisanaux délicieux !

A la fin du repas, la batterie est à nouveau pleine, on peut attaquer le col de l’Iseran, une montée régulière, sans problème à 9%, avec des panoramas superbes. Je m’attarde un peu au col pour faire des photos, puis le soleil se cache, il est temps de filer. Le panorama sur la vallée est magnifique, et le village de Bonneval très pittoresque.

A Lanslebourg Val-Cenis, le gîte CIS nous accueil dans un cadre très confortable. Super, nous allons y passer 2 nuits !

De Chamonix à Bourg-Saint-Maurice

Sun Trip Tour – 13 juillet, 8ème jour

A Chamonix, réparation dispensable de la manette de dérailleur arrière : je suis obligé d’installer un manette de VTT sur mon guidon de route. Mais je m’estime très chanceux: j’ai acheté la seule manette 9 vitesses de toutes les boutiques vélo de Chamonix !

Nous montons au col des Saises sous un beau soleil, c’est du bonheur! Je fais un détour pour voir des amis à Notre-Dame-de-Bellecombe mais pas de chance, ils ne sont pas là…
Belle descente sur Beaufort où je retrouve Arnaud et Antoine.

Nous attaquons le Cormet de Roselend sous un ciel qui va bientôt se couvrir… il nous faut mettre l’assistance au minimum pour économiser la batterie. Par bonheur, arrivés au lac, nous avons la chance d’avoir des éclaircies qui subliment le panorama ! Je continue avec Catherine et Jean-Michel tandis que l’agence Zeppelin fait des images sur le barrage avec le Team EDF.

L’arrivée au col est un bonheur, nous pédalons au milieu des pelouses alpines. Et nous savons que désormais seule une descente ininterrompue de 13 km nous sépare de notre but !
Avec Roger et ses 2 acolytes du Team EDF, nous filons, nous enchaînons virage sur virage, avec même une petite pointe à 70 km/h dans une ligne droite. Je me félicite de la stabilité de la remorque.
Arrivé au camping de Bourg-Saint-Maurice, je retrouve Christophe et Stéphanie, Gilles et nous prenons le repas ensemble dans ce camping en aire naturelle, très accueillant…

De Divonne-les-Bains à Chamonix

Sun Trip Tour 2019 – 12 juillet, 7ème jour
Nous démarrons de Divonne-les-Bains en cortège, puis nous nous éparpillons chacun à notre rythme. Les uns choisissent la route principale au tracé simple, d’autres préfèrent l’itinéraire tracé par Vécolo, sur des petites routes au traffic plus calme, mais plus tortueuses.
Le soleil donne à plein, et nos batteries restent chargées à 100% tout au long de la journée.

En fin d’après-midi, avisant un magasin de vélo, je décide de faire régler mon dérailleur arrière. Mais la malchance s’en mêle: le jeune mécanicien n’y arrive pas, tant pis, je repars. Mais je découvrirai quelques kilomètres plus loin que la manette ne fonctionne plus: je ne peux plus changer les vitesses. Il est 19h passés, le magasin ne répond plus au téléphone.
J’ai le moral dans les chaussettes car il nous reste à attaquer une longue côte jusqu’à Chamonix.
Ralf et Jean me remontent le moral, il vont m’accompagner jusqu’à destination quoiqu’il arrive.
A la main, j’installe la chaîne sur le pignon le plus grand et nous entamons l’ascension. A mi-parcours, une fête de village nous permet de reprendre des forces.
Nous arriverons au gîte vers 21h20 où nous serons accueillis par les acclamations des autres suntripeurs !


Copyright Zeppelin

De Villars-les-Dombes à Divonne-les-Bains

SunTripTour2019 – 11 juillet, 6ème jour
Dans la traversée des Dombes jusqu’à l’Ain, j’ai apprécié les bâtiments en pisé (terre damée dans une banche) et dans les murs, l’utilisation des galets de façon décorative en association avec la brique.

Ce matin, soleil voilé, les panneaux produisent 50W, il faut rouler avec précaution, ne pas pousser l’assistance. L’amélioration de la mi-journée ne se poursuit pas l’après-midi, dommage!
L’itinéraire préparé par Vécolo, à travers champs et bois, est très agréable. Mais après quelques kilomètres de chemin de terre chaotique le long d’une rivière, nous décidons de retrouver une piste plus roulante. L’application Komoot nous emmène sur des petites routes sans trafic, c’est un régal.
Et c’est ainsi que nous retrouvons Olivier et Norbert, Catherine et Jean-Michel, qui utilisent aussi cette application.

Arrivée à Divonne-les-Bains : Ann, Peter et moi arrivons ensemble, nous sommes interviewés par une dame très intéressée par nos vélos; elle publie sa vidéo immédiatement sur Instagram.

Merci à la ville de Divonne-les-Bains de nous offrir ce copieux repas !

PS : surprise à 3h du matin: l’arrosage automatique se met en route sur toute la plage, c’est la panique dans le campement. Norbert et Olivier sont les plus touchés, leurs duvets son trempés. Benoit prend un fou rire. Les vélos n’ont rien. Je suis soulagé car dans un demi sommeil, le crépitement de jets m’avait fait penser à un incendie de batterie.

De L’Arbresle à… Villars-les-Dombes

Sun Trip Tour 2019 – 10 juillet , 5ème jour
Une journée comme les autres: ce matin, l’attache de ma remorque a cassé (Dirke avait noté ce point faible en examinant mon vélo), c’est normal, le diamètre du boulon était trop faible. J’ai continué jusqu’à Villefranche-sur-Saône en fixant le timon avec 2 Rilsan (ces colliers sont géniaux !).
Finalement, j’ai imaginé une solution qui sera plus durable, je l’espère : chez un garagiste j’ai fait souder l’attache directement sur l’écrou de la roue. Merci à ce soudeur qui m’a sauvé !
Avec ce break pour diverses réparations, du coup je roule peu : 25 km le matin et 30 km le soir. Cerise sur le gâteau: j’ai de nouvelles chaussures, c’est super parce qu’à force de freiner avec les pieds, les autres n’avaient plus de semelle!

La vie est belle……jusqu’à demain!
Et demain, quel sera le challenge, la situation problème ?

De Saint-Ours – parc Vulcania, à L’Arbresle

4ème jour du Sun Trip Tour : 9 juillet
Une belle matinée au parc Vulcania, le public a découvert tous les prototypes de vélos solaires, nous avons profité des animations du Parc.
Mention spéciale pour le panier repas avec des mets locaux et artisanaux servis dans des récipients en verre.

Départ en caravane puis les 55 participants se sont éparpillés pour suivre des itinéraires variés : nous avons en effet 3 jours pour arriver à Divonne-les-bains, à 325 km environ.

J’ai tracé tout droit par Thiers où j’ai retrouvé Christophe Bayard et Silvia Plozner.
Grâce à un soleil fidèle tout au long de la journée, j’ai réussi à atteindre L’Arbresle à 20h30, après 187km de route.
Belle journée, la canicule nous a enfin quitté ça aide bien à pédaler !

De Cheylade à Saint-Ours-les-Roches

Sun Trip Tour – 8 juillet 2019:
Chacun s’inquiètede cette journée de 120 km avec beaucoup de dénivelé. Moi, j’ai d’autres soucis, en premier lieu, mes plaquettes de frein qui faiblissent à nouveau : au bout d’une heure de route, je suis contraint de freiner avec les pieds pour descendre à Condat!
Heureusement, Gilbert et Jean de Vécolo m’attendent : ils ont été prévenus de mes soucis par les copains. Grâce à eux, je peux dénicher à Super-Besse 3 paires de plaquettes du bon modèle!
Je remercie chaleureusement Fred de VTT ÉVASION d’avoir conservé dans son magasin ces plaquettes devenues vintage aujourd’hui.
Merci aux amis de Vécolo sans qui se sauvetage n’aurait pas été possible!
Mais une autre surprise m’attend : mes panneaux solaires ne produisent plus 1 seul Watt! Je mets 1h à trouver la panne: les fusibles de mes régulateurs solaires ont fondu à la chaleur. Je fais signe sur le bord de la route, c’est Gisèle qui me sauve en m’offrant 2 beaux fusibles tout neufs. Merci Gisèle !
Il est presque 13h30 et il me reste 100 km et pas mal de dénivelé !!!

J’arriverai à destination à 20h, in extremis pour le repas!

De Saint-Flour au lac des Cascades à Cheylade

Sun Trip Tour – 7 juillet, 2ème jour
Aujourd’hui, l’étape dans le Cantal est courte, sans dénivelé important. Nous traversons des paysages sauvages, des villages aux maisons anciennes en pierre volcanique dans des nuances variées, du brun chaud au gris. Je songe aux époques où ces villages étaient peuplés et productifs, autour de l’agriculture, de l’artisanat et des petites industries.
Mon vélo me tire de mes rêveries, il se rappelle à moi : les freins fonctionnent de moins en moins bien, malgré le ponçage des plaquettes effectué ce matin. Je suis contraint de freiner avec le pied et ça chauffe fort dans la chaussure!

Le soir, nous nous retrouvons tous pour un bivouac autour du lac des Cascades à Cheylade. Pendant que le soleil recharge nos batteries, la baignade nous rafraîchit et nous permet de faire un brin de toilette.
La journée se termine par un dîner sur la terrasse d’un restaurant au bord du lac, dans une joyeuse ambiance.

Du Puy-en-Velay à Saint-Flour

Sun Trip Tour – 6 juillet 2019
Après le discours des élus et de Florian Bailly, c’est le grand départ tant attendu : nous nous élançons sur la route, impatients, certains se trompent d’itinéraire, reviennent sur leurs pas. Enfin, nous roulons à travers ces paysages de Haute-Loire, entre bois, landes et champs… Atmosphère sauvage et rude. Soudain surgissent des orgues basaltiques au fond de la vallée de l’Allier. Plus loin, on retrouve d’autres groupes de suntripeurs, arrêtés autour d’une bière. En fin de journée, le camping accueille les cyclistes fatigués et heureux.

Sun Trip Tour, le grand départ !

Sun Trip Tour – 6 juillet 2019
Nous sommes 55 cyclistes solaires à prendre le départ ce matin du Puy-en-Velay: chaque suntripeur installe son vélo solaire sur la place de l’Hôtel de Ville dans une atmosphère d’excitation et d’enthousiasme. Une grande animation règne, les échanges avec le public sont riches, les conversations passionnées…

Discours des élus, présentation du Sun Trip par Florian Bailly:

Une belle ambiance d’enthousiasme, de partage avec le public nombreux. Le bonheur de se lancer enfin dans cette aventure, de prendre enfin la route après des mois de travail, de préparation, de tests, de joies, de déconvenues parfois et de créativité toujours!

Le Sun Trip sur Radio France Bleu Bourgogne!

Il y a quelque temps un journaliste était venu m’interviewer à propos de mon vélo solaire. Nous étions restés près d’une heure à discuter de Sun Trip et de voyage dans une ambiance très conviviale.
Le reportage a été diffusé aujourd’hui dans un montage de 2 minutes très dynamique…

En prime, France Bleu consacre une page web au sujet !
Voir le site de France Bleu Bourgogne

Merci à Damien Mestre et à Anne Pinczon du Sel de France Bleu !

Entraînements pour le Sun Trip Tour 2019

Dans la perspective du Sun Trip Tour en juillet 2019 :

  • en mai : premières sorties tests pour faire émerger les éventuelles fragilités de conception, apporter des améliorations qui seront ensuite testées à leur tour (~1000 km environ).
  • en juin : longs parcours pour entraîner le cycliste et éprouver la machine (~2600 km environ).

Ver en pantalla completa

Voir en plein écran

DateGPSDist.
km
Déniv+
m
Durée
H : mn
Vitesse
km/h
Conso
Wh/km
Prod
Wh
20-0617 !!!320:3925,84,4
24
19-0619720807:1127,44,51082
18-0612213554:1029,35,51123
17-0616127136:2625,05,11108
16-061543665:0130,63,6976
15-0615012005:5025,74,51067
14-0614215274:5828,55,41174
13-061453455:2127,13,6663
12-061729326:3526,32,6538
11-061387955:4424,02,6874
10-0610411854:5021,54,2718
09-0617216327:3322,82,7498
08-0613015424:3228,75,81003
07-061309075:1125,03,8311
06-061239854:3726,64,4926
05-0612612455:1823,84,2630
04-0617213204:5534,94,41147
03-061477534:5729,73,9747
02-0611011503:3231,05,3
23-05273700:5728,05,5-
18-051146333:5431,03,2-
15-05784952:0636,94,9-
13-0520320606:3431,04,2-
02-0611011503:3231,05,3
23-05273700:5728,05,5-
18-051146333:5431,03,2-
15-05

784952:0636,94,9-
13-0520320606:3431,04,2-

De Martigny à Lausanne, euuuh… non… finalement à St-Maurice

Préparation au Sun Trip Tour – 20 juin
J’avais prévu de terminer ce périple à Lausanne où je prendrais le train pour rentrer chez moi. Ce matin, il me reste 70 km à parcourir, de Martigny à Lausanne, essentiellement sur des pistes cyclables. Cool !
Mais rien ne se passera comme prévu !
Je me réveille vers 5h30, je fais un peu de montage vidéo mais je m’assoupis et me réveille à 8h15. Zut, il faut que je me dépêche ! Et j’avais pensé charger ma batterie de 300Wh comme chaque matin. Mais aujourd’hui c’est impossible, le ciel est désespérément gris!
Je range tout très rapidement et je pars, je pédale fort. Mais le ciel s’obscurcit, puis la pluie s’annonce, insiste, se fait de plus en plus présente. Je persiste. Bientôt, le vent s’en mêle, il m’affronte de face. Décidément, les éléments se sont ligués contre moi, ce matin !

OK, OK, d’accord, je rends les armes, je n’aurai parcouru que 18 km ce matin.
Mais bon, après 2500km parcourus au coeur de tant de paysages merveilleux, pourquoi m’acharner à faire avec déplaisir ces 50 derniers kilomètres ? Je cherche alors une gare: ce sera celle de Saint-Maurice.
Mais à la gare, point de guichet; je bataille alors contre un distributeur de billet de train qui s’obstine à refuser ma carte bleue de pauvre français. Heureusement, un bankomat plus serviable me délivre des Francs suisses. Ouf, je peux acheter mon billet.

Arrivé à Lausanne, nouvelles difficultés: je demande aux passants de m’indiquer un supermarché mais leur réaction me stupéfie : ils me fuient comme si j’allais les agresser, incroyable ! Heureusement, après 8 tentatives infructueuses, un homme qui a vu la scène de loin s’approche de moi et me donne le précieux renseignement.
Une course contre la montre commence car mon train part dans 50 minutes et je dois absolument acheter des grands sacs poubelles et du gros scotch. Pourquoi ? Parce que c’est mon passeport pour monter dans le train. En effet, si les vélos voyagent facilement dans les trains régionaux, là en revanche, mon train est un TGV Lyria où les vélos sont exclus, à moins d’être emballés dans une housse.

Je reviens à la gare en toute hâte avec mon précieux butin. Le quai vient de s’afficher, je me mélange au flots de voyageurs qui se dirigent paisiblement vers le quai. Sur le quai, les minutes sont comptées: d’abord le vélo, je démonte les roues, j’emballe l’ensemble à toute vitesse, mal, mais bon, c’est emballé. Je m’attaque à la remorque, je démonte le 3ème panneau, je le scotche au 2ème. Je veux emballer la remorque mais trop tard, le train partira dans 2 minutes.
Alors, je monte le vélo emballé dans le train, je lui trouve une place au milieu des valises, super! Je monte les sacs et enfin la remorque, toujours pas emballée. Tant pis, je le ferai quand le train aura démarré… Un dernier coup d’oeil sur le quai, non, je n’ai rien oublié. Bientôt, le train s’ébranle.
YESSSSS, me voici parti !

Pas le temps de souffler ni d’emballer la remorque qu’un contrôleur passe. Aïe! Il me dit que normalement, c’est trop long, que ça ne doit pas monter dans le train. Je bafouille des excuses, je m’inquiète, mais il ne me demande pas de descendre au prochain arrêt. Intérieurement je le remercie mille fois de la tolérance dont il fait preuve!
YESSSSS, dans 2 heures exactement, je serai chez moi!

Initialement, je pensais faire une vidéo en timelaps du démontage et de l’emballage en gare de Lausanne, mais vu les circonstances, c’était impossible. Je décide alors que je ferai une vidéo en timelaps du déballage et du remontage à la gare de Dijon ! La voici :

De San Daniele del Friuli (Italie) à Nötsch im Gailtal (Autriche), par Tarvisio

Préparation au Sun Trip Tour – 14 juin
Aujourd’hui, je commence mon voyage du retour vers la France, tandis que Daniele reste ici, en Italie.
Je commence la journée par me tromper d’itinéraire. Quand je m’en aperçois, je me dis “pas grave, en quelques kilomètres, je serai à nouveau sur le bon tracé”. Mais soudain, il me faut monter, monter, monter une côte terriblement raide qui n’en finit pas. Le moteur chauffe! Et à chaque lacet de la route, des inscription peintes sur les parapets et la route elle-même. Je saurai plus tard que le Giro 2018 est passé par là : 3 km à 11%.
Mais je suis récompensé de ce détour imprévu : arrivé sur la crête, j’ai une vue magnifique sur la vallée du Tagliamo et ses eaux turquoise.
Plus loin, je prends cette magnifique piste cyclable, de Campiolo à Tarvisio, sur une ancienne voie ferrée. Montée très douce dans la verdure, ponctuée de tunnels rafraîchissants, de ponts avec panoramas impressionnants, jalonnée de gares abandonnées.
Après Tarvisio, encore quelques kilomètres et il faut que songe à trouver un camping. Il me faut monter et transpirer pour trouver un joli camping. Les campeurs sont intéressés par mon vélo solaire, bière et convivialité sont au rendez-vous !

Excursion de San Daniele del Friuli à Grado, pour une baignade dans la mer !

Préparation au Sun Trip Tour – 13 juin
Après un périple de 1500 km, nous avons aujourd’hui droit à une journée de repos bien méritée, non ?
Daniele me propose d’aller à la mer, à Grado précisément. L’idée me plait, nous voici partis, avec nos vélos solaires allégés du poids des bagages. Dans la fraîcheur matinale, nous filons sur les routes de campagne et les pistes cyclables.
Nous traversons Palmanova, une étonnante ville forteresse en forme d’étoile à 9 branches, entourée de douves, construite à la fin du XVIème siècle. Des portes monumentales nous permettent d’y entrer et d’en sortir.

Peu avant Grado, nous longeons la lagune sur plusieurs kilomètres dans un vent porteur d’effluves marines. La mer approche!
Baignade et déjeuner. Retour à ville allure, poussés par un vent ami. Halte à Aquileia qui fut une des villes les plus importantes de l’empire romain. Nous admirons la basilique byzantine fondée au début du IVème siècle qui abrite des fresques romanes du XIIème, tout en dégustant glace et pâtisserie….
Bilan de la journée : 150 km parcourus à 27 km/h, recharge de 660 Wh (la batterie reste pleine!)

Dernière étape d’Oberdrauburg (Autriche) à San Daniele del Friuli (Italie) par Tarvisio

Préparation au Sun Trip Tour 2019 – 12 juin
Après un solide petit déjeuner, nous quittons Oberdrauburg pour attaquer un petit col. Pas d’inquiétude, quelques centaines de mètres de dénivelé tout au plus, avec des mollets tout frais.
Nous laissons la vallée de la Drave pour emprunter un vallée parallèle. Le soleil donne et sur cette route sans trafic et bien plane, nous filons à vive allure.
Bientôt, nous arrivons en Italie, à Tarvisio. Daniele m’annonce 40 km de descente, sur une ancienne voie ferrée transformée en piste cyclable !
Et en effet, c’est formidable: nous avons à peine besoin de pédaler. Nous prenons notre temps, nous savourons les paysages superbes ! La piste cyclable traverse d’anciennes gares. Certaines sont désaffectées, d’autres réhabilitées en cafés. Super, c’est l’occasion d’une pause contemplative assortie d’une dégustation de pâtisserie locale…
Le tracé de cette voie ferrée emprunte des ponts un peu vertigineux. Quant aux nombreux tunnels, ils nous procurent une fraîcheur bienvenue et nous plongent dans une atmosphère un peu mystérieuse.
Puis, nous quittons les montagnes, nous arrivons dans la plaine traversée par les eaux turquoises du Tagliamo. J’aimerais bien faire une pause pour m’y baigner. Mais Daniele accélère, il approche du but de ce périple, la maison de sa famille à San Daniele del Friuli. Inutile de lutter contre cet appel…
Pourtant je fais une courte halte : impossible de ne pas m’arrêter au bord de ce petit lac d’un bleu irréel! Daniele comprend.
Enfin, dans les derniers rayons du soleil, sur une place tout en haut de la ville, je découvre la majestueuse maison des parents de Daniele. Je réalise que nous sommes arrivés au terme de notre voyage!

De Aicha (Italie) à Oberdrauburg (Autriche) par le val Pusteria et la vallée de la Drave

Préparation Sun Trip Tour 2019 – 11 juin
Ce matin, nous partons de Aicha, dans le Tyrol du Sud en Italie et nous montons tranquillement vers l’Est, en direction du Tyrol oriental en Autriche.
J’ai déjà roulé 2 fois dans cette vallée verdoyante, chaque fois avec grand plaisir, cette 3ème fois ne fait pas exception : c’est un enchantement, une succession de courtes montées suivies de traversées de prairies, de bois, de villages… On longe un lac. Et des sommets enneigés de chaque côté, comme pour vous guider, vous empêcher de vous égarer… un pur bonheur.
Soudain, Daniele s’arrête net devant moi et peste en italien! Que se passe-t-il ? Ah, je vois… il nous faut franchir un gué de 50 ou 60 cm d’eau, peut-être plus, on ne sait pas. Je m’élance hardiment, ouf, c’est passé! Mais Daniele refuse de passer, il craint pour son moteur et sa batterie. Il préfère affronter le trafic routier. Il m’avouera plus tard que ce fut la route la plus désagréable de tout son voyage : camions et voitures au touche à touche, sans répit.
Daniele et moi faisons donc route à part un moment, mais pas de risque de nous perdre puisque maintenant, nous avons du réseau téléphonique!
A San Candido, nous rencontrons un couple d’autrichiens qui nous invitent chez eux pour un goûter : café, bière, brioche… Moment très sympathique !
Nous terminons notre route dans une auberge à Oberdrauburg, au pied du col que nous passerons demain. Il était temps! Un orage de grêle et de pluie se déchaîne. Merci Daniele d’avoir préféré cette vieille auberge au camping du village !

De Innsbrück (Autriche) à Aicha (Italie) par le col du Brenner

Préparation du Sun Trip Tour – 10 juin
Après Innsbrück, la montée au col de Brenner attaque d’emblée à 11 ou 12%. On avance à 6 km/h et ça fait chauffer beaucoup nos moteurs à technologie Direct Drive (95°C pour le mien !). A certains moments, Daniele pousse son vélo pour éviter la surchauffe.
Pendant le petit-déjeuner, le soleil avait bien rechargé ma batterie et j’avais crû que ça durerait toute la journée. Mais très vite, j’ai déchanté.
Plus loin, nous avons longé la vallée sur une route pour les cyclistes vraiment charmante, qui traversait des hameaux, des prairies, des villages. De vraies montagnes russes, descentes raides suivies de remontées tout aussi raides. Pendant que Daniele pestait, je savourais les paysages.
L’arrivée au col fût l’occasion d’un selfie vidéo mémorable. La descente du col, sur les pistes cyclables italiennes, fût un vrai bonheur, malgré nos erreurs d’aiguillage et les chicanes très resserrées.